2016

Reconstitution pédagogique d'accident au CFA Moulin Rabaud

 
Reconstitution pédagogique d'accident au CFA Moulin Rabaud

Le 25 avril,150 élèves du CFA du Moulin Rabaud ont assisté à une opération de sécurité routière, conçue pour marquer la sensibilité du spectateur sur la violence d'un choc à seulement 50 km/h.

Cette opération a été organisée par la coordination sécurité routière, dans le cadre du plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASR) et à la demande du CFA. La préfecture a financé l'intervention de Drag Auto Pub.

- - - - - - - - - -

Les élèves connaissaient certainement déjà Sam, le nom de celui qui ne boit pas en soirée et qui ramène tout le monde chez soi. Ce lundi matin, à l'occasion d'une reconstitution pédagogique d'accidents de la route, ils ont fait la connaissance d'Alex et Damien, qui ne sont pas rentrés chez eux.

Le premier circulait sur une moto sans casque, avant d'être percuté de plein fouet par une voiture à 50 km\h. Le second, était le passager avant sans ceinture, d'un véhicule avant un accident. « Ce sont deux cas qui sont malheureusement arrivés dans la vie. Nous sommes là pour créer un choc dans la tête des 15-24 ans, qui représentent une majorité des victimes de la route », explique Laurence Dragotto, animatrice au sein de Drag auto Pub, l'entreprise qui réalise ces crashes de prévention routière.

Populaire
Populaire2

En plus de la violence visuelle, déjà présente dans les spots de prévention, ces séances spectaculaires baignaient dans une atmosphère qui mêlait odeur de freinage, fracas de carrosserie, éclats de verre et victime au sol. Les équipes du SDISService départemental d'incendie et de secours étaient également là, en conditions réelles, à démontrer les gestes qui sauvent mais qui dans certains cas, comme dans celui d'Alex, sont insuffisants.

Populaire3

Tous les éléments d'un drame étaient réunis hier matin au lycée du Moulin Rabaud de Limoges. Cette fois-ci les victimes étaient en plastique, mais les chocs à répétition ont peut être laissé une trace dans la mémoire des spectateurs. Peut être aussi ont-ils mis une claque au sentiment d'invulnérabilité, qui animent souvent les usagers de la route, qu'ils soient jeunes ou moins jeunes.

Deux destins. Le chauffeur est casqué, le passager n'est pas attaché. Le premier sortira indemne le second traversera le pare-brise après un choc évalué à une vingtaine de jets. Dans cet accident, le poids des deux corps atteint les 1.500 kg.

Violence. Les conditions réelles étaient réunies pour présenter la violence des accidents de la route. Un drame qui touche les 14-25 ans en majorité.

Secours. Après l'accident d'Alex, les pompiers auront beau tout faire, la victime sur la moto, qui n'était pas casquée, ne reviendra pas à la vie. Sans casque ni protection, il n'avait quasiment aucune chance de survie. Son corps sera mis dans une housse mortuaire, qui restera exposée devant le public le temps de cette séance.
 

Freinage. Quelle distance met une voiture qui dispose de l'ABS pour s'arrêter à 25 km\h ? 50 km\h ? C'est à cette question que quatre élèves de l'établissement ont essayé de répondre avec plus ou moins de succès. Si l'arrêt à 25 km\h a surpris les participants par sa brièveté, le même test réalisé à 50 km\h a eu l'effet inverse. « Encore il faut rajouter à cette distance, le temps de réaction, qui peut évoluer en fonction de la consommation d'alcool, de drogue et de médicaments », assurait Pascal le pilote.

P1000498-2
 
 

A lire également :