Actualités

L’absence de ramonage reste une source d’asphyxie et de perte de son habitation.

 
 

En 2017, les sapeurs-pompiers de la Haute-Vienne sont intervenus 340 fois pour des feux de cheminée. En 2018, la hausse du nombre de ces interventions accompagne les grands froids depuis la semaine dernière et dans les prochains jours.

L’article L2213-26 du code général des collectivités territoriales a confié au Maire le soin de prescrire que le ramonage des fours, fourneaux et cheminées des maisons, usines, etc., doit être effectué au moins une fois chaque année.

Quels sont les principaux risques auxquels vous êtes exposé ?

L'asphyxie : L’absence d’entretien, le mauvais dimensionnement des foyers et l’emploi de combustibles inadaptés peuvent produire des fumées toxiques ou du monoxyde de carbone (gaz inodore et incolore) qui peuvent provoquer une asphyxie des occupants de l’habitation ou tout simplement une intoxication chronique.

L’incendie : Vos biens sont vulnérables face au risque d'incendie

L’incendie est généralement provoqué par un manque de ramonages « mécaniques » (hérisson) du conduit d’évacuation, des défauts d’isolation (emploi de matériaux inadéquats), un non respect des écarts de feu (distance minimale entre une paroi chaude et un matériau combustible, phénomène de rayonnement), de mauvaises évacuation et répartition des calories (pièges à calories).

Quelques conseils

Le bon choix du combustible :

  •  Pas de déchets ménagers ou détritus divers.
  • Pas de bois de récupération tels que planches, bois de menuiserie, palettes, car la combustion de matériaux traités dégagent des gaz inflammables.
  • Pas de bois verts ni de résineux (sapins, épicéas), qui dégagent des fumées, encrassent le conduit et favorisent donc le risque d'incendie mais également le risque d'intoxication et d'asphyxie.
  • Dans un foyer ouvert, pas de bois «explosifs» comme le châtaignier ou l’acacia qui envoient des projectiles de braises. Si vous êtes contraint d'utiliser ce type de bois, soyez dans ce cas très vigilant et n’oubliez pas le pare-feu !

L’entretien par un vrai ramonage mécanique :

Faites procéder à un ramonage complet au moins 1 fois par an, 2 fois minimum pour les inserts ou les foyers fermés (une fois pendant la période de chauffe, au cours de l'hiver et une en fin de saison).

La prestation comprend le contrôle de l'aspect physique du conduit de fumée et du conduit de raccordement.

Attention : l'utilisation de produits chimiques d'assistance au ramonage ne remplace en rien le caractère obligatoire du ramonage mécanique ; les bûches de ramonage viennent en complément d'un ramonage mécanique.

Éloignez les matériaux combustibles du foyer et du conduit (mobiliers, tapis, rideaux, bibelots, tableaux etc …)

Dans tous les cas, ne laissez jamais un feu de cheminée sans surveillance !