Le préfet a reçu deux associations pour la journée internationale des droits des femmes

 
 
Le préfet a reçu deux associations pour la journée internationale des droits des femmes

La journée internationale des droits des femmes permet de réfléchir à la situation des femmes et de leurs droits en France comme dans le monde, mais aussi de rendre hommage à celles et ceux qui contribuent à leur amélioration.

Le 8 mars a été officialisé par les Nations Unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. Elle se traduit depuis plus d'un siècle, à travers le monde, par de nombreuses manifestations.

A cette occasion, Raphaël Le Méhauté, préfet de la Haute-Vienne, a reçu à la préfecture des membres de l’association Clafoutis et du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF).

Ces deux associations oeuvrent au quotidien pour les femmes et pour revendiquer la place qui est la leur dans la sphère publique. Leur action vise à permettre aux femmes de développer un esprit citoyen en s’impliquant directement dans la vie de la cité.

8 mars 2016

Mon quartier a des elles: un projet porté par le CIDFF du Limousin

L'objectif de l'action est de permettre aux femmes qui vivent dans les quartiers de Limoges d'apporter leur contribution à la réflexion conduite par les pouvoirs publics concernant la présence des femmes dans les quartiers et la prise en compte de leurs besoins spécifiques dans la définition des politiques urbaines.

Le CIDFF accompagne des groupes de femmes de novembre 2015 jusqu'en décembre 2016 par :

  • un travail d'observation "in situ" dans chaque quartier
  • une analyse et une exploitation des données recueillies en vue de faire des propositions susceptible d'influencer des politiques urbaines locales.

Lors des rencontres et ateliers, les thématiques abordées (fonctionnement et missions des institutions juridico-administratives, accès au droit, histoire des droits des femmes, articulation des temps de vie, discriminations, valeurs de la République) permettent de renforcer les connaissances des participantes et de les conforter dans leur légitimité et leur capacité à agir de manière autonome.