Exercice de simulation d'un attentat terroriste à l'aéroport de Limoges Bellegarde

 
Exercice de simulation d'un attentat terroriste à l'aéroport de Limoges Bellegarde

Crédits photos: DDSP87

Raphaël Le Méhauté, préfet de la Haute-Vienne, a souhaité organiser samedi 14 janvier 2017 un exercice de simulation d’attaque terroriste à l’aéroport de Limoges Bellegarde faisant de nombreuses victimes. Les riverains et le public ont été informé de cet exercice dès le début des opérations afin d’éviter des réactions anxiogènes.
Cet exercice est aussi l'occasion de rappeler à tous les conseils de comportement en cas d'attaque terroriste.

La réalisation d’exercices de sécurité civile, réguliers et réalistes, sont une nécessité pour renforcer l’efficacité des dispositifs opérationnels et faire face, en tous temps, aux phénomènes susceptibles de mettre en danger la société.

Suite aux attentats survenus en janvier et novembre 2015, et conformément à la circulaire relative à la politique nationale des exercices territoriaux pour la période 2016-2018, le ministre de l’Intérieur a demandé à chaque département de réaliser un exercice terrain ou cadre attentat NOVI pour tester la réactivité et la coordination des différents acteurs de la sécurité.

L'exercice de samedi avait pour objectif de tester le dispositif spécifique ORSEC Aéroport de Limoges Bellegarde, les capacités d’intervention des services et la mise en œuvre des nouvelles doctrines d’intervention en cas d’attentat terroriste (aspect sûreté avec la neutralisation des terroristes et aspect secours avec la prise en charge de victimes blessées par arme de guerre).
Il s’agissait de tester au plus près de la réalité les conditions d’intervention des forces de l’ordre et de secours. Ainsi, ont été testés :
- l’alerte,
- la chaîne de commandement,
- la définition et la tenue de périmètre de sécurité,
- la neutralisation de terroristes par les forces de sécurité intérieure,
- la prise en charge des victimes sur le site et l’évacuation des blessés,
- la gestion de l’information de la population et la communication avec les médias.

Scénario de l'exercice

La tour de contrôle informe d’une menace d’attentat sur un avion de 50 places. L’avion est en phase d’approche par la piste Nord. Après atterrissage, une grenade explose au niveau de la cabine passagers faisant de nombreuses victimes parmi les passagers et membres d’équipage. L’avion est immobilisé sur la piste au niveau du taxiway central, il n’y a pas d’incendie à bord. L’alerte est donnée au CODIS. La tour informe qu’un terroriste vraisemblablement armé est à bord.

L’exercice s'est déroulé dans l’aéroport et à ses alentours mais aussi au centre départemental opérationnel (COD) mis en place à la préfecture et a mobilisé environ 271 acteurs appelés à intervenir dans ce type de crise.
Le rôle des victimes était tenu par les élèves de l'Institut régional de formation sanitaire et social du Limousin de la Croix rouge (IRFSS).

Moyens Aéroport : environ 14 personnes
Moyens DSAC et service de navigation aérienne : environ 6 personnes
Moyens Police nationale : environ 26 personnes
Moyens SDISService départemental d'incendie et de secours : environ 40 personnes
Moyens SAMUService d'aide médicale urgente : environ 22 personnes
Moyens ARSAgence Régionale de Santé : environ 3 personnes
Moyens Gendarmerie nationale : environ 7 personnes
Moyens associations sécurité civile (ADPC, Croix-Rouge-UNASS) : environ 47 personnes
Moyens préfecture : environ 78 personnes
Moyens IRFSS : environ 62 personnes
Moyens justice : 2 personnes (observateurs)

Retour en images sur l'exercice

Consulter le dossier de presse de l'exercice


Que faire en cas d'attaque terroriste ?

Cet exercice est l'occasion de rappeler à tous les conseils de comportement en cas d'attaque terroriste.

Les principales consignes sont rassemblées dans l'affiche « Réagir en cas d'attaque terroriste »

  •  s'échapper : localisez le danger pour vous en éloigner ; si possible aidez les autres à s'échapper ; ne vous exposez pas ; alertez les personnes autour de vous et dissuadez les de pénétrer dans les zones de danger,
  •  si impossible de s'échapper, il faut se cacher : enfermez-vous et barricadez-vous ; éteignez la lumière et coupez le son des appareils ; éloignez-vous des ouvertures, allongez-vous au sol ; sinon, abritez-vous derrière un obstacle solide (mur, pilier,...) ; dans tous les cas, coupez la sonnerie et le vibreur de votre téléphone,
  •  enfin alerter et obéir aux forces de l'ordre : dès que vous êtes en sécurité, appelez le 17 ou le 112 ; ne courez pas vers les forces de l'ordre et ne faites aucun mouvement brusque ; gardez les mains ouvertes et levées.

Consignes permanentes de vigilance :

  •  témoins d'une situation ou d'un comportement suspect, vous devez contacter les forces de l'ordre (17 ou 112),
  •  quand vous entrez dans un lieu, repérez les sorties de secours,
  •  Soyez responsable, ne diffusez aucune information sur l'intervention des forces de l'ordre ou toute information pouvant être dangereuse pour les victimes, les intervenants et les sauveteurs
  •  ne diffusez pas de rumeurs ou d'informations non vérifiées sur internet et les réseaux sociaux,
  •  suivez les comptes officiels nationaux et relayez leurs messages préventifs : @Place_Beauvau et @gouvernementfr et dans le département : @Prefet87 sur twitter
  •  suivez les consignes sur l’application SAIP sur votre smartphone

Si vous voulez prévenir vos proches, évitez d’utiliser votre téléphone portable pour des appels et des SMS et préférez les réseaux filaires pour téléphoner et envoyer les messages par mails ou via les réseaux sociaux.