Signature du plan départemental de prévention de la délinquance en Haute-Vienne 2014 - 2017

 
 
Plan départemental de prévention de la délinquance 2014 - 2017

Michel JAU, préfet de la Haute-Vienne, Michel GARRANDAUX, Procureur de la République, Marie-Françoise PEROL DUMONT, présidente du conseil général de la Haute-Vienne, vice-présidente du conseil départemental de prévention de la délinquance et Alain RODET, président de l'association des maires et des élus de la Haute Vienne, ont signé vendredi 31 janvier 2014 le plan départemental de prévention de la délinquance 2014-2017, après son adoption en séance plénière par le conseil départemental de prévention de la délinquance.

Une déclinaison territoriale de la stratégie nationale

Le plan départemental de prévention de la délinquance s’inscrit dans une stratégie plus globale décidée au plan national.
Il s'articule ainsi autour des trois programmes d'actions prioritaires préconisés par celle-ci :
- prévenir la délinquance des jeunes,
- améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales et l'aide aux victimes,
- favoriser la tranquillité publique.
Pour chacune de ces priorités, le plan propose un diagnostic partagé sur la situation dans le département, dresse le bilan des actions existantes et formule des préconisations pour les années à venir.

Une démarche partenariale

Le plan départemental de prévention de la délinquance est l’illustration d’une démarche partenariale, au service d’une volonté commune d’amélioration des dispositifs de prévention. Il présente un diagnostic et une ambition partagés par les services de l’Etat, les mairies et intercommunalités, le conseil général, la justice auxquels s’ajoute le tissu associatif.
L’ensemble de ces acteurs incontournables dans la lutte contre la délinquance s’est mobilisé dans l’élaboration de ce plan pour déployer de façon cohérente les différentes initiatives au niveau local.

DSCF4478
DSCF4481
Les orientations du plan
AXE 1 : Prévenir le premier acte délinquant et la récidive

La lutte contre le passage au premier acte délinquant et la prévention de la récidive sont deux priorités pour limiter le phénomène de délinquance. Il s’agit d’éviter que le mineur ne rentre dans un engrenage d’exclusion du système scolaire ou de la formation professionnelle, rendant ainsi son insertion sociale future encore plus aléatoire ou de donner toutes les chances à la réinsertion d’une personne afin qu’elle ne s’engage sur les voies d’une délinquance récurrente.
En Haute-Vienne, si le niveau de délinquance générale est modéré, la proportion de mineurs délinquants reste un enjeu.
Pour répondre à ces priorités, les actions suivantes seront menées après avoir fait l’objet d’une réflexion préalable dans le cadre des comités locaux de sécurité et de prévention de la délinquance :
Action 1 : lutter contre le décrochage scolaire
Action 2 : responsabiliser les jeunes aux conséquences du passage de la délinquance
Action 3 : responsabiliser davantage les parents
Action4 : améliorer l’échange d’informations entre les acteurs
Action 5 : améliorer la prise en charge des primo-délinquants

AXE 2 : Lutter contre les violences intrafamiliales

Intimement liées à la sphère privée, les violences intrafamiliales nécessitent un traitement individualisé et rendent d’autant plus complexe la définition des dispositifs les plus pertinents. Outre les préconisations de la stratégie nationale en la matière, le plan intégrera les orientations du 4ème plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes.
En Haute-Vienne, les chiffres des violences intrafamiliales progressent. Mais cette tendance est aussi révélatrice « d’une libération de la parole » qui est à associer aux résultats constatés à la suite de campagnes d’information nationales.
Le pilotage de l’élaboration et du déploiement des actions proposées ci-dessous sera assuré par la sous commission violences intrafamiliales.
Action pilotage : quantifier les phénomènes de violences intrafamiliales
Action 2 : améliorer le suivi de personnes
Action 3 : Intégrer les orientations du 4ème plan interministériel de violences faites aux femmes
Action 4 : améliorer la prévention en milieu scolaire
Action 5 : implanter des travailleurs sociaux en commissariats/gendarmerie
Action 6 : améliorer la prise en charge des victimes
Action 7 : assurer la prise en charge des auteurs
Action 8 : prendre en compte la problématique des enfants témoins
Action 9 : renforcer la formation des primo intervenants

AXE 3 : Renforcer la tranquillité publique

Alors que les faits de délinquance, dans leur globalité, sont plutôt stables, les attentes en matière de sécurité comme le sentiment d’insécurité des habitants et des usagers sont prégnants.
Pour renforcer la tranquillité publique et répondre à ces préoccupations, les actions proposées visent à favoriser une utilisation coordonnée des outils et des pratiques existantes.
Action 1 : développer la vidéo-protection
Action 2 : agir sur l’espace urbain pour augmenter le sentiment de sécurité
Action 3 : renforcer les collaborations entre Police nationale et Police municipale
Action 4 : favoriser le lien social dans les quartiers sensibles
Action 5 : collaborer davantage avec les professionnels en matière de prévention de la délinquance
Action 6 : renforcer la lutte contre les addictions
Action 7 : mettre en place un observatoire de la sécurité publique

La mise en œuvre, le suivi et l’évaluation

Le plan départemental propose enfin un partenariat renforcé entre les acteurs de la prévention de la délinquance avec la création de sous-commissions thématiques et d’un comité de pilotage au sein du comité départemental.
Ce comité de pilotage aura pour missions le recueil d’informations pour chacun des axes du plan (cartographie des phénomènes délinquants, recensement des dispositifs existants, enquêtes et analyses sur l’évolution de la délinquance) et le suivi et l’évaluation de l’efficacité des actions développées dans le plan 2014-2017.

consulter le plan départemental de prévention de la délinquance

 
 

A lire également :